Toi emoi

Découvrez comment un trop plein émotionnel peut être néfaste pour votre santé.

     

La santé dépend d'une organisation physiologique et émotionnelle bien structurée. Dépendante du système nerveux, celle-ci consiste à être en équilibre au niveau organique et comportemental, si vous ne pouvez, ou vous ne vous autorisez pas à exprimer vos angoisses ou votre joie au moment où elles se présentent, elles devront trouver un chemin pour s'exécuter. Nier leurs existences, installe un espace de substitution dans lequel s'épanouira la maladie pour y faire ses ravages.

Le trop plein émotionnel est une nuisance pour le corps, à anéantir, à défaut, d'être naturellement vécue, celui-ci sera pris en charge par la fonction organique ou physiologique la plus adequate pour la dissoudre de façon à pouvoir le traiter à sa manière pour ensuite l'éliminer. La manifestation physique qui en résulte est en quelque sorte la soupape de sécurité du problème de l'organe ou de la fonction qui souffre.

Faire taire le symptôme ne règlera en rien le surplus émotionnel dont il est la conséquence et le porte parole, par le réflexe de survie du corps, vous le verrez réapparaître d'une façon différente.

En retenant vos émotions vous ralentissez la guérison et parfois même vous la stopper .Pour vous permettre d'en retrouver le chemin, en premier lieu vous devrez vous intérroger d'abord en quoi cette maladie vous arrange et ce qu'elle vous procure (au niveau de votre environnement) et après avoir regarder cette facette, faire le choix de ne plus souffrir. Pour cela il vous ai demandé de retrouver l'émotion qui vous habite, et celle-ci identifiée, de reconnaître votre difficulté à en parler.

En l'identifiant, vous la fixez, et l'empêchez de se dissimuler derrière des symptômes "psychosomatiques" qui se créent à vos dépens, accepter de reconnaitre l'émotion retenue est un des secrets de la guérison, si vous la refuser vous resterez soumis à vos illusions, en oubliant que votre réalité est votre corps, berceau de vos états d'âme et véhicule de votre existence (ne pas l'oublier sans votre corps vous n'existez pas !. Vos paroles s'envolent, vos idées changent, vos sentiments se transforment, seul votre corps vous est fidèle selon votre propre volonté).

La mèdecine est la science du corps, elle définit l'état de santé d'un individu répondant à des critères précis. Face à la maladie, le rôle du mèdecin est d'accorder au corps une aide (médicamenteuse ou mécanique) après une anlyse scientifique générale en maîtrisant les symptomes de manière à les rendre supportables, faisant confiance au corps pour se rétablir seul et trouver la voie de la guérison.

Sa fonction serait de gérer les manifestations émotionnelles qui passent par le corps tout en veillant qu'elles s'éliminent judicieusement pour ne pas apparaître autrement.

J'emploie le conditionnel, car malheureusement, (cela n'est pas une généralité), le mèdecin observe plus le symptôme, que l'endroit dans lequel il réside, à savoir votre corps, en omettant d'écouter celui qui lui procure ses différences réactives, Vous.

Le dommage que cela peut opérer, c'est la balade d'une maladie, ou la pièce du malade imaginaire, pire le refus d'être en bonne santé, pour s'interdire la joie de vivre.

Vivre demande un effort, être malade procure du réconfort !



Que choisissez-vous ?



par Anne Simatos (08/01/2007) - 600 mots
Pour en savoir plus
Tag(s) : #DIVERS

Partager cet article

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :