Les faillites bancaires ça continue.

Savez-vous que la Colonial BANK très implantée dans le Sud des Etats Unis a fait faillite en Août et que ses actifs ont été rachetés par BB amp T une autre banque régionale qui réussit le plus gros «  coup » de sa carrière et se place ainsi dans le rang des 10 plus grandes banques américaines ( au niveau de Goldman Sachs). En fait d’après l’agence Bloomberg il y a eu aux EU 77 faillites de banque depuis le début d’année et on devrait en voir autant d’ici la fin de l’année. C’est ce qu’on pourrait appeler la sélection naturelle en sortie de crise. 

Pourquoi ces chiffres ? Simplement parce que , comme les choses vont mieux, on est en train de solder les comptes. Aux États-Unis, il y a désormais deux catégories de banques : les 19 grandes banques d'affaires, soutenues à coup de milliards par l'État américain et que l'on appelle les établissements à risque systémique, c'est-à-dire des banques qui aggraverait la crise si elles faisaient faillite. ( C’est le cas de Lhemann Brothers en Septembre dernier). Cette catégorie commence à renouer avec les bonus. L’autre catégorie composée de banques régionales qui ont le double inconvénient de ne pas être suffisamment performantes pour générer des profits sur les marchés financiers et d’être en première ligne dans la crise réelle de l'économie car ce sont elles qui ont prêté de l'argent aux particuliers ou aux entreprises. Elles font désormais face à des défauts de paiements et des créances douteuses en série.

Au final cette crise économique, devrait aboutir sur la création de groupes bancaires de taille critique beaucoup plus importante pour faire face aux crises. Aujourd’hui ces groupes sont à la fois en quête de rachat de banques et aussi de débauche de traders les plus performants. Par exemple, Barclay's aurait ainsi proposé 35 millions d'euros de bonus à 5 traders vedettes de JP Morgan pour les faire venir à Londres.

Au final, il semble donc que le système reparte comme avant et voilà pourquoi au sommet du G20 à Pitsburgh les politiques envisagent de légiférer pour interdire les bonus garantis et sanctionner les prises de risques inconsidérés des traders.

La seule question est : le système pourra t’il être réformé ?

 

Tag(s) : #ACTUALITE MARKETING

Partager cet article

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :