Qui n’a pas lu quelque chose à l’automne 2007 du grenelle de l’environnement ? Qui ‘n a pas vu ces associations et autres mouvements écologiques reçues à l’Elysée? Qui n’ a pas entendu parler de développement durable ? Probablement la plupart d’entre nous.Mais êtes vous capable de définir ce terme ? Pour finir l'année, je vous propose de vous familiariser avec ces notions quoi que de manière non exhaustive.




En fait commençons par torde le coup à une fausse idée. Cette notion de développement durable mise en évidence ces dernières années n’est pas si récente que ça. En fait le concept a été développé il y a 20 ans soit en 1987. Tiens, que faisiez- vous en 1987 ? Vous ne vous en souvenez peut-être pas mais d’autres travaillaient.. Ainsi à cette époque la Commission Mondiale sur l'Environnement et le Développement a produit un rapport appelé rapport Brundtland.C’est lui qui a défini le développement durable comme je cite " un développement qui répond aux besoins du présent sans compromettre la capacité des générations futures de répondre aux leurs." Bon ça vous aide ? Pas encore assez .. Alors revenons sur les deux notions impliquées par cette définition :redéfinir l'espace et le temps.


1- Redéfinir l'espace.
Il s'agit de considérer que tout être humain a autant le droit aux ressources de la terre qu’un autre quelque soit son pays.Pouquoi ce concept ? Tout simplement parce qu’aujourd'hui comme hier , seule une minorité d’humains vivent dans une telle abondance. Quant aux autres, ils luttent chaque jour pour survivre. Par exemple, plus de deux milliards de personnes, estime-t-on, vivent avec trois dollars par jour ou moins. Elles seraient également deux milliards à ne pas avoir accès à l’électricité. 


Pour prendre un autre exemple selon des estimations du Programme alimentaire mondial (PAM), un organisme des Nations Unies pour la lutte contre la faim, la famine accable 800 millions de personnes, dont beaucoup d’enfants. Récemment, le PAM a déclaré que les ressources et l’attention que de nombreux pays développés auraient pu canaliser pour remédier à la situation ont été monopolisées par d’autres problèmes, tels que le terrorisme. La propagation des maladies infectieuses n’a rien arrangé. Le Rapport mondial sur l’alimentation scolaire, publié par le PAM, a dit à propos des pays d’Afrique ravagés par le sida : " Une génération entière de parents est en train de disparaître. Les orphelins qu’ils laissent derrière eux doivent souvent se débrouiller seuls et la plupart ne possèdent ni le savoir-faire agricole de base ni les connaissances pratiques qui sont habituellement transmises d’une génération à l’autre. "

Le Programme alimentaire mondial défend une initiative qui vise à servir au moins un repas par jour dans les écoles. L’objectif est non seulement de réduire la faim, mais encore de lancer, au moyen d’une information régulière, d’autres programmes de prévention contre le VIH/sida parmi les jeunes.Dans les endroits où cette initiative a été mise en place, les enfants ont reçu de la nourriture, des cours d’hygiène, ainsi que d’autres formes de soutien. Il a également été constaté que là où les comportements changent, les taux de contamination par le VIH/sida diminuent


Le concept de développement durable a donc incité les organismes a mesuré ces écarts et cherché des solutions pour y remédier. Ainsi on a mis au point des indicateurs du développement durable tels que les suivants

le Programme de développement des nations unies (PNUD) a crée l'indicateur de développement humain, qui tempère le PIB/habitants par des données sur la santé (espérance de vie) et l'accès à la culture( taux d'alphabétisation,, de scolarisation..)
-L'empreinte écologique mesure le degré d'utilisation de la nature par l'homme à des fins de production et de consommation matérielle

le PIB vert corrige le calcul du PIb en déduisant le coût des dommages environnementaux provoqués par les activités économiques


2-Redéfinir le temps

Vous avez compris la première notion. La seconde emporte l’idée que si nous avons tous le droit d'utiliser ces ressources, nous avons le devoir d'en assurer la pérennité pour les générations futures. Cette question est cruciale à notre époque quoi que pas toujours mesurée dans nos pays occidentaux.Si vous vivez dans un pays occidental où les rayons des supermarchés débordent et où il est possible de faire vos courses à toute heure du jour et de la nuit, il vous est peut-être difficile d’imaginer qu’une pénurie de ressources naturelles vous menace.(Par exemple,savez-vous qu'en France il y a quelques années on a mené une enquête sur les quantités d'ordures par habitants et par an en France; le résultat est pour la moyenne nationale : 392 kg/hab/an avec en zones urbaines 416 kg/hab/an.. Multipliez cela par le nombre d'habitants et vous aurez une idée de la quantité de déchets produits.. D'ailleurs c'est pour cela que de nombreuses entreprises développent des techniques de retraitement de leurs déchets tel le Printemps,grand magasin Parisien qui a entamé une démarche de réutilisation des cartons qui a permis de diminuer de 35% sa consommation)

Et pourtant.The Global Environment Outlook [L’avenir de l’environnement mondial] , un organisme d'étude établi par l'ONU a permis de comprendre que dans moins de 30 ans,à ce rythme là, 70% de la nature aura été détruite, un grand nombre d’espèces auront disparu et l’organisation sociale se sera effondrée dans de nombreux pays du monde. Cela bien souvent est le fait d'un manque de vision à long terme pour la satisfaction d'intérêt économiques immédiats. Prenons trois exemples

-La foret qui est un écosystème complexe et véritable puits de carbone devrait être gérée de manière intelligente. Or pour ne citer que l'Amazonie , toutes les huit secondes, une superficie de forêt de la taille d’un terrain de football disparaît pour permettre de donner de la place aux agriculteurs ou faire du commerce de bois précieux avec les pays riches. Aux Philippines, les pertes sont encore plus élevées. Chaque année, quelque 100 000 hectares sont déboisés. En 1999, on a calculé qu’à ce rythme le pays aurait englouti les deux tiers de ses forêts en dix ans.

-L'homme peut vivre avec peu de nourriture mais difficilement sans eau.Ce sera notre second exemple. L'eau est un problème d'avenir.Une étude publiée en 2002 par 1100 scientifiques annonce que plus de la moitié de la planète connaîtra également des problèmes de pénurie d’eau. Ils affecteront gravement 95 % des habitants du Moyen-Orient et 65 % de ceux du reste de l’Asie et du Pacifique. Le littoral méditerranéen sera particulièrement touché par les effets de l’urbanisme à outrance, du traitement insuffisant des eaux usées, du développement touristique et des cultures intensives

- L’énergie sera notre troisième exemple.En fait on estime que dans une vingtaine d’années la consommation mondiale d’énergie " aura augmenté de 58 % ". C'est ce qu'affirme l’International Energy Outlook 2003 (IEO2003), un rapport du gouvernement américain. Ainsi chaque jour, le monde consomme environ 75 millions de barils de pétrole ( quand vous pensez que le cours est à 100 dollars..).Cette consommation augmente terriblement de par la croissance des pays émergents tels que la Chine et l'Inde..Ainsi on pense que sur des réserves mondiales de 2 000 milliards de barils, environ 900 milliards ont déjà été utilisés.Si vous calculez vite , au maximum les réserves dureront encore une quarantaine d’années. Mais attention ça c'est pour l'ensemble des gisements. En clair, l’offre ‘ classique ’, celle du pétrole bon marché, ne satisfera plus la demande dans moins d’une dizaine d’années . Pourquoi ? Et bien parce que dès qu'on atteint la moitié de la réserve, il devient beaucoup plus cher de puiser du pétrole. On est à 900 milliards, la moitié est à 1000 milliards.D’après le géologue pétrolier Joseph Riva, l’augmentation programmée de la production de pétrole est inférieure de plus de moitié à la demande mondiale projetée pour 2010 .Bref le baril ne sera plus à 2 dollars comme dans les années 70 mais probablement beaucoup plus . L'idée du développement durable est donc de réfléchir à des utilisations intelligents des ressources de la terre et à des ressources d’ énergie alternatives; En espérant que ça marche sinon pensez à acheter un vélo...

Voilà vous venez de comprendre ce qu’est le développement durable. Véritable phénomène de société il est devenu un élément de choix pour le consommateur mais aussi un argument marketing à part entière pour les entreprises. Aujourd'hui la plupart des entreprises intègrent cette notion dans leur communication institutionnelle. Par exemple allez sur http://www.total.com/fr/responsabilite-societale-environnementale/
 et vous découvrirez ainsi que Total communique sur le respect de l'homme et lutte contre le changement climatique.


En allant sur le site http://www.ppr.com, vous découvrirez que le groupe de Pinault communique également sur des actions qu'il mène en matière de développement durable. Par exemple CFAO solidarité s'engage en faveur de l'éducation de la formation professionnelle et de la santé et mène en Afrique des actions se sensibilisation au SIDA, les magasins FNAC centralisent l'éclairage et la consommation des points de vente pour limiter les consommations en dehors des heures d'ouverture, Citadium a conclu avec Veja une société brésilienne un accord pour un partenariat de basket équitable. Ou encore YSL beauté exclut les tests sur les animaux

Ainsi le développement durable est en quelque sorte à la mode. Mais il n’en demeure pas mois que le monde n’a pas simplement besoin de moyens mondiaux, il a besoin d’éthique et de morale. Une commission la "commission de gouvernance mondiale" composée de 28dirigeants mondiaux éminents a publié en 1995 un long rapport ayant pour titre "Notre communauté planétaire", qui expose ses propositions pour améliorer la gestion des affaires publiques mondiales . Elle y affirme que le monde a également besoin de valeurs morales. "Sans une éthique universelle, indique un de ses rapports, les frictions et les tensions au sein de la communauté planétaire se multiplieront; sans direction, les institutions et les stratégies les mieux pensées échoueront". Faisant écho à cette commission KOFI ANNAN l’ex Secrétaire général des Nations Unies a déclaré "La mondialisation ne sera une réussite que si elle l’est pour les pauvres comme pour les riches. Elle ne doit pas moins offrir de droits que de richesses. Elle ne doit pas moins apporter la justice sociale que la prospérité économique et l’essor de la communication." . Ainsi on s’aperçoit que le développement durable et le marketing éthique sont intimement liés. Mais comment définir le marketing éthique ? Réponse en 2008..

Tag(s) : #ACTUALITE MARKETING

Partager cet article

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :