Dans quelques jours c’est Noël. Mais au fait connaissez-vous l’histoire de Noël ?

Au départ les saturnales.

En fait tout remonte aux romains. A cette époque, une fête était organisée à Rome, les saturnales.Elle célébrait Saturne, le dieu de l’agriculture, et la force renouvelée du soleil. On l’appelait aussi le dies natalis Solis Invicti (naissance du soleil invincible). Les peuples de l’Europe antique observaient en effet qu’au moment du solstice d’hiver le soleil semblait se tenir immobile près de l’horizon austral avant de reprendre lentement sa course ascendante dans le ciel. Dans le calendrier julien, ce solstice d’hiver (terme dérivant de mots latins signifiant "soleil" et "s’arrêter") correspondait à l’origine au 25décembre.D’ailleurs vous avez remarque que c’est à partir de cette époque là que les jours augmentent à nouveau; Donc le soleil renaissait et on se retrouvait en famille pour cela. On buvait ( pas mal), on mangeait et on s’échangeait des cadeaux. Bon jusqu’ici vous suivez ?

A l’époque l’empire Romain est constitué de dizaines de nationalité avec chacune ses coutumes. Par exemple,les germains, en l’honneur de la lumière et du soleil en faisait une fête de la lumière avec des cierges ou des bougies partout dans les maisons sur les arbres etc.. Les Teutons pensaient que Thor pouvait distribuer de l’or dans les bottes ou les souliers et dans les cheminées ils laissaient brûler une bûche en son honneur .Dans d’autres pays du Nord, les plantes à feuille persistante symbolisaient la vie qui dure. Elles furent mises en évidence et associées aux lumières. Ainsi les bûches, les arbres et les décorations faites de plantes à feuilles persistantes devinrent des éléments de premier plan lors des célébrations du dies natalis solis invictis. Là nous sommes entre le 1er et le 3ème siècle de notre ère. Bûche, sapin guirlandes, ça vous rappelle des choses non ?

Ensuite Constantin le Grand

Tout cela nous amène au Ivème siècle. Au cas où vous ne le sauriez pas, à l’époque l’empereur Romain c’est Constantin. Son souci est d’unifier l’empire avec une religion d’état qui soit universelle, une sorte de mix des croyances à son époque. Or comment dit-on universel en grec ? L’un des mots est ... Catholique. Constantin est déjà converti "chrétien". Maintenant il va développer les bases de la nouvelle religion d’état. Vous me pardonnerez de ne pas être un expert en la matière mais pour revenir à notre sujet, Noël, permettez moi cet exemple d’idée que l’on pourrait appeler marketing de l’époque. Le 25 décembre, il est hors de question que les romains ne célèbrent plus la fête des saturnales, la fête de la lumière.Mais il est aussi hors de question que les chrétiens la célèbrent telle quelle car ils sont monothéistes. Comment faire ? Et bien gardons la fête pour les païens avec les repas, cadeaux, bûches etc.. Et appelons cette fête la fête de la naissance de Jésus Christ en précisant que le Christ c’est..une lumière pour le monde !! C’est aussi simple que cela. Et c’est ainsi que cette fête est apparue.

Bon vous en conviendrez la pilule a pu être difficile à faire avaler coté chrétien. Le fil était gros et en plus le lien entre naissance du Christ et 25 déc. pas évident à vendre. En effet, même si je n’ai jamais fait de catéchisme je sais quand même qu’à l’époque de la naissance de Jésus des bergers dormaient dehors avec leurs troupeaux. Essayez de le faire en décembre.... Beaucoup raisonnaient ainsi et c’est ainsi qu’à différentes époques les puritains s’y sont opposés. Par exemple, en 1643, le Parlement anglais alla jusqu’à proscrire l’observance de la Noël à cause de ses origines païennes. En 1659, elle fut également interdite au Massachusetts ( ETATS UNIS). Bref Noël n’était à l’époque une fête aussi reconnue qu'aujourd'hui. Comment s’est elle développée ? 

Alors Charles Dickens...


Laissons passer encore deux siècles et transportons nous à l’époque en Grande-Bretagne. A cette époque, la révolution industrielle entraîne une misère importante et des différences sociales majeures. Pour prendre un exemple, la législation industrielle de 1825 stipulait que les employé des filatures de coton ne devaient pas travailler plus de 12heures par jour en semaine et plus de neuf heures le samedi.!!! On était loin des 35 heures actuels. Cet état de fait choquait la population!! Ainsi en 1846, l’historien Thomas Macaulay a accusé ce travail de forçat de "freiner le développement de l’esprit, de ne pas laisser de temps au salutaire exercice intellectuel, non plus à la culture".

C’est là qu’intervient Charles Dickens un écrivain célèbre du XIXème siècle qui prit la tête d’un mouvement visant à sensibiliser la société à la situation des pauvres. Dans la nouvelle Un chant de Noël, publié en 1843, il exploita très intelligemment sa connaissance des traditions de Noël pour parvenir à cette fin.Ce livre si vous le lisez un jour est l’histoire de la conversion de l’avare Scrooge à l’esprit de Noël. Il remporta un succès fulgurant; des milliers d’exemplaires furent vendus. L’année suivante, le conte était joué dans neuf théâtres de Londres. En 1867, la veille de Noël Dickens présenta une lecture publique de son ouvrage à Boston, aux USA.Dans l’assistance se trouvait un certain M.Fairbanks, propriétaire d’une usine dans le Vermont. "Je crois qu'après avoir entendu M.Dickens lire son Chant de Noël ce soir, je devrais mettre un terme à la coutume que nous avons observé jusqu’à présent d’ouvrir l’usine le jour de Noël dit-il à sa femme. Il tint parole et, l’année suivante, il prit même la résolution d’offrir tous les ans une dinde à ses employés au moment de Noël.Noël devint la période de charité par définition Ainsi, des œuvres de bienfaisance offraient du charbon aux veuves nécessiteuses et les châtelains distribuaient de l’argent et de la nourriture aux gens de leurs villages. En théorie du moins, l’harmonie sociale régnait en cette époque de l’année

On raviva ou on créa certaines traditions. Ainsi, les premières cartes de Noël virent le jour en 1843; bénéficiant de la baisse des coûts d’impression, le marché s’envola.L’arbre de Noël revint à la mode après que le prince Albert, mari de la reine Victoria, eut introduit à la cour la décoration allemande faite de guirlandes et de bougies. Devant la misère et les difficultés que la révolution industrielle avait fait s’abattre sur les villes, l’Angleterre victorienne se lança dans une sorte de croisade morale, qui évolua à la fin du règne d’EdouardVII, seuls les pauvres dits "respectables" étaient jugés "dignes" de charité.



 Enfin vint Visa Mastercard

Aujourd'hui où en est-on ? En fait comme beaucoup d'autres périodes Noel est devenu un évent pour le marketing, un vecteur affectif qui permet de susciter l'achat impulsif et une frénésie de consommation. Plusieurs enseignes réalisent jusqu'à30% de leur CA à cette période et les ventes en lignes ne sont pas en reste. Lisez le lien suivant
http://fr.biz.yahoo.com/13122007/175/comscore-annonce-que-le-commerce-en-ligne-est-en-bonne.html

 Pour finir, permettez moi de citer cette dernière statistique lue dans le va,couver sun :Les Canadiens dépensent en moyenne 1 500 dollars  en cadeaux, divertissements et voyages pendant la période des vacances, le règlement s’effectuant souvent avec une carte de crédit. Selon les estimations des spécialistes, il faut en moyenne six mois au consommateur moyen pour éponger ses dettes de vacances, et certains n’en sont pas entièrement libérés quand, Noël venu, ils sont de nouveau pris de " fièvre acheteuse ". La seule qui semble avoir cédé à lesprit de Noel c'est la SNCF qui permet ce week end de voyager gratis mais seulement en IDF et pour aller faire ses courses en magains. Quand on vous dit que c'est à eux de nous faire préférer le train...

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 


Tag(s) : #ACTUALITE MARKETING

Partager cet article

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :